17 avril 2014 4 17 /04 /avril /2014 12:08

Le discours est bien rôdé et connu : à chaque texte ayant des incidences sur les prestations des syndics, ces derniers mettent en avant la menace d’une augmentation des honoraires. Les travaux portant sur la définition d’un socle de base des prestations de gestion courante et qui ont abouti à l’arrêté Novelli de 2010 avaient déjà donné l’occasion aux professionnels d’annoncer une envolée de leurs tarifs, également de 20 %. Pourtant, c’est oublier qu’ils sont les seuls responsables de la situation actuelle.

 

En réduisant au fur et à mesure la notion même de gestion courante à une véritable peau de chagrin au profit de prestations exceptionnelles mieux rémunératrices, les syndics ont empêché les copropriétaires d’avoir une vision d’ensemble sur ce que doit faire au minimum un gestionnaire. La comparabilité des offres et la prévisibilité des coûts sont devenus impossibles.

 

Bien sûr, la qualité a un prix et si certains copropriétaires demandent des prestations particulières (disponibilité régulière dans la soirée, par exemple…), il est normal que le syndic en soit rémunéré. Mais en aucun cas la publication d’une loi ne doit servir de prétexte à une augmentation systématique des honoraires.

 

Nous rappelons aux professionnels la nécessité de respecter le jeu de la concurrence. A l’heure actuelle, certains cabinets indépendants arrivent à proposer davantage de services que leurs homologues appartenant à des grands groupes, et ce à des honoraires inférieurs. Il n’est donc pas certain que l’ensemble de la profession partage cette vision d’une augmentation massive d’honoraires et gageons que d’aucuns sauront tirer leur épingle du jeu.

Nous incitons donc les copropriétaires à la plus grande prudence et à refuser toute augmentation d’honoraires qui paraîtrait indue ou non accompagnée de réelles prestations complémentaires.

 

 

Partager cet article

15 avril 2014 2 15 /04 /avril /2014 15:01

 

Le 27 mars se sont tenues les assemblées générales extraordinaire et ordinaire de la CLCV Paris. Y avaient été conviés les 3 000 adhérents de l’association, un chiffre qui en fait la plus grosse unité de la CLCV.

 

L’assemblée générale extraordinaire, qui n’avait pu se tenir en février faute de quorum, a avalisé une simplification du nom de notre association (autrefois CLCV UD 75), et  la baisse du quorum à 10% des adhérents pour les assemblées générales ordinaires. Ce quorum est désormais de 25% pour la tenue des assemblées générales de notre association.

 

L’assemblée générale ordinaire s’est tenue le même jour, le nouveau quorum étant atteint. Elle a validé le rapport d’activité et les comptes de l’association, après avoir entendu les exposés du Président et du Trésorier. Un nouveau conseil d’administration a été élu, fort de 15 membres représentant tous les secteurs d’activité de la CLCV Paris : consommateurs, locataires de bailleurs sociaaux et privés, copropriétaires.

 

Le nouveau conseil d’administration, réuni le mardi 8 avril, a reconduit Vincent Perrot à la fonction de Président, Edward Watteeuw,  François Bonnin et Catherine Bidois respectivement à celles de vice-président, trésorier et secrétaire générale. Un bureau de 6 membres se chargera de la gestion effective de l’association au jour le jour et de la préparation de conseil  d’administration.

 

A tous ceux qui se sont déplacés ou se sont faits représenter le 27 mars, je tiens à adresser mes remerciements pour l’intérêt qu’ils portent à un des moments fort de la vie d’une association. Il faut maintenant se mobiliser pour les élections HLM de l’automne, et la reconnaissance institutionnelle auprès des nouveaux élus parisiens.

 

Vincent Perrot

Président
 

Partager cet article

7 avril 2014 1 07 /04 /avril /2014 12:07

Toutes sortes de travaux sont réalisées quotidiennement, qu’il s’agisse de constructions ou d’opérations plus modestes. Si tout se passe bien la plupart du temps entre le consommateur et le professionnel, cela n’est pas toujours le cas. Et c’est à cette occasion que l’on se rend compte que le consommateur n’est pas toujours correctement protégé.

Nous avons étudié plus de 300 dossiers traités ou en cours en 2013 par nos associations locales sur l’ensemble du territoire. Nous nous sommes focalisés sur quatre types de travaux : la construction, l’extension, les travaux extérieurs (pose de panneaux photovoltaïques…) et intérieurs (installation d’une chaudière, remplacement des fenêtres…).

A une grande majorité, les litiges concernent des malfaçons (50 %). Viennent ensuite les cas de non-conformité (21 %), les dépôts de bilan (14 %), les retards de livraison (9 %) et enfin l’absence de levées des réserves (6 %). Les malfaçons sont principalement constatées en matière de construction (54 %). De manière générale, cela met clairement en évidence le défaut de formation, voire de compétence, de certains professionnels.

Retrouvez la suite en pièce jointe

 

Partager cet article

4 avril 2014 5 04 /04 /avril /2014 12:12

Catherine Bidois - administratrice de notre Association et membre du Bureau Confédéral Environnement de la CLCV, chargée en particulier de la problématique des ondes électromagnétiques - interroge le Dr René de Sèze, chercheur INERIS, dans le numéro d'avril de "Santé Magazine".

Partager cet article

1 avril 2014 2 01 /04 /avril /2014 12:01

Partager cet article

31 mars 2014 1 31 /03 /mars /2014 12:40

Vous souhaitez des informations, des conseils ou soumettre un litige  avec un professionnel: commerçant, banquier, artisan, opérateur de tél. mobile ou adsl, assureur, etc…

Vous souhaitez être guidés dans un dossier de surendettement.

Des bénévoles ou des juristes de la CLCV Paris  vous accueillent lors de permanences sur rendez-vous uniquement.

Par mail: conso@clcvparis.org

Par téléphone: 01 75 43 30 40

Au siège de la CLCV Paris

Du lundi au vendredi

29, rue Alphonse Bertillon

75015 Paris

M° Plaisance ligne 13

A la Maison des Associations  du 3ème 

17H30 à 19H. 5, rue Perrée  75003 Paris.

Le jeudi 17 avril.

M° Temple, ligne 3

 

Partager cet article

20 mars 2014 4 20 /03 /mars /2014 16:30

L'association du Champ-à-Loup vous invite à découvrir le nouveau numéro de "Loup y es-tu ?", bulletin d'information de l'association, paru à la pleine lune de Mars.

Au sommaire : Rencontre avec Stephane Dambrinne DG de Paris Habitat. Entretien avec Eric Lejoindre, premier adjoint au maire du 18ème.

Bonne lecture!

Cliquez ici!

Partager cet article

19 mars 2014 3 19 /03 /mars /2014 12:59

Chargé de mettre en place la feuille de route issue de la conférence environnementale de septembre dernier, le Comité national de l’eau est aujourd’hui devenu un bateau ivre.

Des dysfonctionnements perturbent gravement le bon déroulement des travaux engagés et empêche une participation satisfaisante des acteurs.

Une succession de groupes de travail et de commissions au rythme difficilement soutenable, des convocations suivies de contrordres, des communications d’ordres du jour incomplets, des envois trop tardifs ou partiels de documents de travail, des défaillances dans le partage des informations et dans la gestion des réunions, ont entrainé des réactions de contestation de certains participants associatifs et poussent aujourd’hui à s’interroger sur la conformité règlementaire du pilotage de cette instance.

Après une réunion plénière particulièrement houleuse en décembre dernier et à quelques jours de la journée mondiale de l’eau qui est l’occasion de rappeler toute l’importance d’un partage équitable de cette ressource si précieuse, le constat que nous faisons est alarmant : la gouvernance de l’eau dans notre pays souffre cruellement d’un manque de transparence et de démocratie.

Face aux pressions des lobbies industriels et agricoles auxquelles certains élus sont parfois plus sensibles qu’à l’intérêt général, et lasse de ne pouvoir faire entendre les intérêts des consommateurs domestiques la CLCV, très impliquée sur le terrain et dans les diverses instances de concertation, a décidé de suspendre sa participation au Comité National de l’Eau et réaffirme sa demande : l’Etat doit prendre ses responsabilités et reprendre la barre de cette instance afin que tous les acteurs puissent y jouer démocratiquement leur rôle.

Partager cet article

17 mars 2014 1 17 /03 /mars /2014 13:23

Partager cet article

11 mars 2014 2 11 /03 /mars /2014 15:58

Partager cet article

Recherche

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog